certificats-absurdes.fr
Pourquoi un crocodile ?

Pourquoi un crocodile ?

L’expression « crocodile violet » (Paarse krokodil) est une expression utilisée aux Pays-Bas depuis 2005 pour symboliser une bureaucratie inutile.

Elle est tirée d’une publicité de 2005 d’une compagnie d’assurance néerlandaise. Dans la vidéo, une mère accompagne sa fille à la piscine pour récupérer une bouée oubliée la veille — un crocodile violet gonflable. Le réceptionniste remet un formulaire à remplir recto-verso et à remettre le lendemain entre 9h et 10h, alors que la bouée est simplement accessible, juste derrière lui.

L’action “Crocodile Bleu” lancée en Belgique en 2022

Mené par les jeunes médecins généralistes de la SSM-J (branche jeunes de la SSMG) en collaboration avec le GBO/Cartel, la FAMGB, la FAG-W et avec le soutien du Collège de Médecine Générale, le groupe de travail “Crocodile bleu” veut dénoncer la surcharge administrative liée à ces certificats et attestations inutiles, en y apposant le cachet d’un crocodile bleu. Lancée en Flandre en 2022 par le groupe de pilotage Kafka (Jong Domus, Kartel, BVAS et AADM), l’action de protestation se prolonge désormais en Wallonie et à Bruxelles.

Confrontés à la même problématique de certificats absurdes en France, nous avons décidé de partager l’initiative.

La problématique est-elle nouvelle ?

La question de la rationalisation des certificats médicaux est de plus en plus régulièrement évoquée (ici ou ) par les médecins généralistes, dans un contexte de tension de l’accès aux soins. Néanmoins, elle n’est pas nouvelle : en 1970, un arrêté notait déjà que « la demande de certificats (pour absence scolaire) entraîne une lourde dépense pour le budget social et de grandes pertes de temps pour le corps médical« . En 1977, un article dans Le Monde tournait déjà en dérision certaines demandes de certificats médicaux.

En 2011, un document réalisé par l’Assurance Maladie, l’Ordre des médecins, les ministères de la santé, de l’économie et du travail rappelait l’importance de limiter les certificats médicaux pour « laisser du temps au médecin pour soigner ses patients ».

En février 2023, une mission flash a été réalisée sur la simplification administrative, avec des propositions insuffisantes sur les principales mesures que nous évoquons ici : par exemple, la mission flash ne s’est pas « considérée en mesure de formuler une recommandation correspondant à la demande des médecins (…) concernant les absences de courte durée » en raison de l’opposition du patronat ; la confiance n’est pas non plus accordée pour les parents quant à l’autogestion de leurs journées d’absence enfant malade sans certificat. Plusieurs mesures proposées dans cette mission flash sur la simplification administrative n’ont pas vocation à faire gagner du temps médical aux médecins, mais à minimiser le surplus de travail administratif qui sera demandé à travers les différentes évolutions à venir (ordonnance numérique, DMP, etc.)

A partir de juin 2023, une action est menée par l’équipe de Certificats-absurdes.fr avec certains conseils départementaux de l’Ordre des médecins (cf. page dédiée).

En juillet 2023, l’Assurance Maladie a rappelé les situations où les certificats médicaux sont justifiés, et l’a diffusé fin septembre 2023 sous forme d’infographie.

En septembre 2023, l’intersyndicale ReAGJIR a publié un rapport sur la simplification administrative.

En avril 2024, l’Ordre National des Médecins a publié dans son bulletin n°90 un guide pour savoir quand refuser les certificats. Le détail du tableau est précisé ici pour les mineurs et là pour les majeurs.